Venez découvrir la richesse de nos caves, des vins de nos régions mais pas que...

Famille Perrin

Eléphant Rose

Famille Perrin
Famille Perrin
Découvrir la propriété
Appellation :
Luberon
Classification :
Les Animals
Cépages :
Cinsault, Grenache, Syrah
Type de vin :
Nos rosés, Vin rosé
Conservation :
-
Accords mets/vins :
-
Millésime(s) :
2017
Prix : Ça arrive vite
Mini
Je suis intéressé(e)
Description :

Un très bon vin rosé avec du fruit, de la fraîcheur et une belle couleur. Idéal à l’apéritif ou à table avec les amis…

Conseils de dégustation :

Jolie robe rose pâle, aux reflets pastel. Le nez est séduisant avec de subtiles notes de fruits rouges (groseille, fraise, framboise) et de fleurs délicates (rose, aubépine). Bien équilibré en bouche, entre fraîcheur et rondeur, il offre une rafraichissante finale légèrement citronnée.

Format(s) :
75 cl
Famille Perrin
Famille Perrin
Découvrir la propriété
L'avis de notre caviste
« »
Luberon
Luberon
L'appellation
Luberon

L’AOC Côtes-du-Luberon, renommée AOC Luberon en 2009, couvre 3 050 hectares de vignes implantées sur les flancs et le piémont du massif du Lubéron, à l’est de Cavaillon dans le département du Vaucluse. Ce terroir, le plus méridional de la vallée du Rhône, est une zone de transition qui allie les caractéristiques du climat méditerranéen rhodanien, à celui de la haute Provence. Les terres ensoleillées et à l’abri du mistral sous le massif du Luberon ou celui du Mont Ventoux plus au nord, bénéficient d’une atmosphère plus fraîche aux températures plus stables. Avec ses reliefs et plateaux alluvionnaires, marqués de calcaires durs (crétacé), de marnes, de sable et d’argile rouge, ce vignoble révèle tout son potentiel.

Les cépages blancs (Grenache, Clairette, Roussanne, Vermentino et Ugni) évoluent très bien sur ces terroirs plus tempérés. Ils donnent des vins blancs secs frais et aromatiques, réputés pour leurs bouquets fins. Le Grenache noir et la Syrah (à l’encépagement croissant), produisent des rouges amples et souples en bouche, équilibrés, aux arômes fruités. Les rosés, frais et gouleyants aux notes subtilement épicées, sont élaborés à partir de Grenache et de Cinsault (cépage typique des rosés de la basse vallée du Rhône).

Sa production est de 117 000 hectolitres par année.

Les stèles anthropomorphes du Luberon, ont été découvertes à Puyvert, Lauris et Goult. Elles caractérisent la civilisation de Lagoza qui est celle des premiers agriculteurs. Ces pierres tombales ont été datées entre -3000 et -2800. Les Grecs de Rhodes, précédant les Phocéens, s’installent vers -750, près de l’embouchure du Rhône et remontent la Durance. L’œnoché (cruche) et le kylis (coupe à vin) découverts dans un tumulus à Pertuis sont datés de cette période.

La première représentation connue de tonneaux se trouve sur un bas-relief découvert à Cabrières-d’Aigues. La scène montre le halage d’une barque sur la Durance. Cette stèle a été érigée à la gloire d’un négociant spécialisé dans le transport des vins par voie d’eau et ayant vécu au début de la période augustéenne.

L’atelier du potier de Ménerbes est daté de la même époque. On a retrouvé autour de son four les mêmes types de récipients vinaires que sur la stèle de Cabrières. Ce n’est pas la seule preuve de l’existence d’une importante viticulture gallo-romaine. Le « Trésor d’Apt », déposé au Musée Calvet d’Avignon, est le plus bel ensemble connu de bronzes vinaires (IIe et IIIe siècles) après ceux de Pompéi.

Au sud du Luberon, le triomphe de Bacchus est figuré sur une baignoire en marbre blanc découverte à Lauris qui sert actuellement de fonts baptismaux à l’église de Cadenet. Daté du IIIe siècle, elle représente la victoire du dieu du vin sur son cousin Penthée, roi de Thèbes, qu’il a métamorphosé en lion.

Le 4 des nones de juillet 852, Paulus, évêque d’Apt, obtient de Bonus, évêque de Sisteron, des terres et des vignes que celui-ci possédait à « Solgue rivus » (Valsorgues) sur la commune de Saignon.

Entre 877 et 981, à Apt, Saint-Martin-de-Castillon, Saignon, Bonnieux, Ansouis et Pertuis des vignes sont données par la famille de dom Maïeul, le quatrième abbé de Cluny, soit à l’église d’Apt, soit à l’abbaye de Montmajour créée par une de leurs parentes.

Entre 982 et 988, l’évêque d’Apt passe les premiers contrats de complants pour ses vignes du Luberon.

Au XIVe siècle, la prospérité du vignoble du pays d’Apt est grande sous les papes d’Avignon (Urbain V et Grégoire XI). À tel point que le retour à Rome de ces deux pontifes va provoquer une crise de surproduction.

À la fin du XVe siècle, alors que le Luberon a été rendu désert par les pestes et les guerres de Raymond de Turenne, neveu de Grégoire XI, arrivent les premiers Vaudois. Ils «rendent ce lieu abondant en blé, vin, huile, miel, amande » mais ils sont massacrés par le sinistre Meynier d’Oppède en avril 1545.

En 1720, lors de la Grande Peste, l’apothicaire de Ménerbes concocte et vend de la thériaque – seul médicament connu – à base de vin de grenache.

À Bonnieux, le fief viticole de la Canorgue est érigé en comté par Benoît XIV le 24 avril 1747 en faveur de Joseph de Méry, conseiller en la Cour des Aides de Provence.

Le 24 fructidor an IV de la République (10 septembre 1796), le député Joseph Rovère écrit, de Paris, à son frère Simon, évêque constitutionnel du Vaucluse :

« J’ai acquis les biens de Sade dans les territoires de Bonnieux et la Coste… »

Il lui demande de procéder immédiatement à la plantation de vignes en mourvéguès (mourvèdre) et de protéger le muscat et les clairettes, chose que le Divin Marquis avait négligé.

En 1824, l’arrondissement d’Apt compte 7 000 ha de vignes. Les viticulteurs de Vaucluse décident de s’organiser pour produire et vendre leurs vins. En 1920, la première cave coopérative du département est fondée à Bonnieux.

Il a d’abord été classé en VDQS au cours de l’année 1951, puis a accédé à l’AOC en 1988. Ses responsables adhèrent à l’organisation interprofessionnelle Inter Rhône en 1996. C’est dans son sein qu’est créé en 2001, la Nouvelle École de la Vallée du Rhône.

 

On vous conseille aussi...