Venez découvrir la richesse de nos caves, des vins de nos régions mais pas que...
  »  Ça vient d'iciLes appellationsNos Amis BourguignonsSantenay 1er CruType d'alcoolVin rouge   »   Santenay 1er Cru « Les Gravières »

< Revenir à la page précédenteRevenir à la page précédente

Domaine Vincent Girardin

Santenay 1er Cru "Les Gravières"

Vincent Girardin
Domaine Vincent Girardin
Découvrir la propriété
Appellation :
Santenay 1er Cru
Classification :
Vincent Girardin
Cépages :
Pinot Noir
Type de vin :
Vin rouge
Conservation :
8 à 20 ans
Accords mets/vins :
Les viandes rouges
(ex. bœuf), gibier.
Millésime(s) :
2015
Prix : Ça arrive vite
Mini
Je suis intéressé(e)
Description :

Le grand premier cru de Santenay basé sur de très vieux calcaires. La bouche est pleine et très longue avec une complexité étonnante qui fait de ce vin un allier idéal à tous les plats de viandes et excellent sur le gibier.

Conseils de dégustation :

Températures de service : 12 et 16°C

Format(s) :
75 cl
Vincent Girardin
Domaine Vincent Girardin
Découvrir la propriété
L'avis de notre caviste
« Equilibré et frais, il surprendra par sa finale plus puissante. »
Santenay 1er Cru
Santenay 1er Cru
L'appellation
Santenay 1er Cru

L’AOC Santenay est située au sud de la Côte, et clôt avec l’appellation Maranges, ce long vignoble de 15 km de long. Les vins de Santenay sont produits dans les deux couleurs, à hauteur de 13 200 hl/an, sur une superficie de 330 hectares. La partie la plus haute de ce vignoble atteint 500 mètres d’altitude et se compose de terrains de calcaires grisâtres. Sa pente est orientée au sud et descend à 300 mètres d’altitude. Le bas du vignoble est plutôt recouvert d’oolithe inférieur, sur un niveau marneux. 11 climats (ou lieux-dits) ont mérité une classification en Premier Cru, les autres peuvent ajouter leur nom à l’appellation Santenay.

Les principaux cépages de l’appellation sont le Chardonnay et le Pinot Noir.

4 446 hectolitres de production en moyenne pour les vins rouges et 641 hectolitres pour les vins blancs par année.

L’édit de l’empereur romain Domitien, en 92, interdisait la plantation de nouvelles vignes hors d’Italie ; il fit arracher partiellement les vignes en Bourgogne afin d’éviter la concurrence. Le vignoble résultant suffisait aux besoins locaux. Mais Probus annula cet édit en 2806. En 312, un disciple d’Eumène rédigea la première description du vignoble de la Côte d’Or.

Moyen âge

Philippe II le Hardi
Dès le début du VIe siècle, l’implantation du christianisme avait favorisé l’extension de la vigne par la création d’importants domaines rattachés aux abbayes. Ainsi l’abbaye de Cîteaux (créée en 1098) avec des plantations en Côte-d’Or. En l’an 1395, Philippe le Hardi décida d’améliorer la qualité des vins et interdit la culture du gamay au profit du pinot noir dans ses terres. Enfin en 1416, Charles VI fixa par un édit les limites de production du vin de Bourgogne. En 1422, d’après les archives, les vendanges eurent lieu en Côte de Nuits au mois d’août. A à la mort de Charles le Téméraire, le vignoble de Bourgogne fut rattaché à la France, sous le règne de Louis XI.

Période moderne
Aussi, en 1700, l’intendant Ferrand rédigea-t-il un « Mémoire pour l’instruction du duc de Bourgogne » lui indiquant que dans cette province les vins les meilleurs provenaient des « vignobles [qui] approchent de Nuits et de Beaune».

Période contemporaine

Phylloxéra
XIXe siècle
Dans les décennies 1830-1840, la pyrale survint et attaqua les feuilles de la vigne. Elle fut suivie d’une maladie cryptogamique, l’oïdium. Le millésime 1865 a donné des vins aux teneurs naturelles en sucres très élevées et des vendanges assez précoces. À la fin de ce siècle arrivèrent deux nouveaux fléaux de la vigne. Le premier fut le mildiou, autre maladie cryptogamique, le second le phylloxéra. Cet insecte térébrant venu d’Amérique mis très fortement à mal le vignoble. Après de longues recherches, on finit par découvrir que seul le greffage permettrait à la vigne de pousser en présence du phylloxéra.

XXe siècle
Le mildiou provoqua un désastre considérable en 1910. Henri Gouges avait rejoint au niveau national le combat mené par le sénateur Joseph Capus et le baron Pierre Le Roy de Boiseaumarié qui allait aboutir à la création des appellations d’origine contrôlée. Il devint le bras droit du baron à l’INAO. Ainsi cette AOC fut créée en 1937. Le cépage Renevey est interdit en 1938.

Apparition de l’enjambeur dans les années 1960-70, qui remplace le cheval. Les techniques en viticulture et œnologie ont bien évolué depuis 50 ans (vendange en vert, table de triage, cuve en inox, pressoir électrique puis pneumatique etc.).

XXIe siècle
Avec la canicule de 2003, les vendanges débutèrent pour certains domaines cette année-là à la mi-août, soit avec un mois d’avance, des vendanges très précoces qui ne s’étaient pas vues depuis 1422 et 1865 d’après les archives.

On vous conseille aussi...