Venez découvrir la richesse de nos caves, des vins de nos régions mais pas que...

Domaine de Pellehaut

Harmonie de Gascogne

Famille Béraut
Domaine de Pellehaut
Découvrir la propriété
Appellation :
Côtes-de-Gascogne
Classification :
Domaine de Pellehaut
Cépages :
Merlot, Tannat, Cabernet-Sauvignon,
Syrah, Malbec, Pinot Noir
Type de vin :
Vin rouge
Conservation :
3 ans
Accords mets/vins :
En accompagnement d'apéritif,
de viandes rouges (ex. bœuf)
et blanches grillées ou en sauce,
ainsi que sur les fromages.
Millésime(s) :
2017
Prix : Ça arrive vite
Mini
Je suis intéressé(e)
Description :

De la couleur d’une cerise brillante, ce vin offre un bouquet parfumé de cassis et de mûres relevé par quelques notes « de poivre et de cacao » pour dynamiser le tout. Une bouche ample et souple accompagne ces fruits tout au long de la dégustation. Un vin rouge jeune, léger et fruité qui s’adapte à toutes les cuisines.

Conseils de dégustation :

Servir de 12 à 18°.

Format(s) :
75 cl
Famille Béraut
Domaine de Pellehaut
Découvrir la propriété
L'avis de notre caviste
« »
Côtes-de-Gascogne
Côtes-de-Gascogne
L'appellation
Côtes-de-Gascogne

L’appellation Côtes-de-Gascogne, étendue sur 15 000 hectares, est implantée dans le département du Gers ainsi que sur une partie des Landes et du Lot-et-Garonne, entre forêt, Garonne et Pyrénées. L’Armagnac, eau-de-vie toujours élaborée dans la région, est produit sur le même secteur.

Les cépages Merlot, Cabernet Franc, Cabernet-Sauvignon et Tannat sont assemblés pour les vins rouges et rosés. Les cépages du vin blanc sont : l’Ugni blanc, le petit Manseng, le Sauvignon Blanc, le Sémillon, le gros Manseng, le Chardonnay et le Colombard.

Produit dans la région Sud-Ouest, 75% des volumes de vins commercialisés quittent la France pour le monde entier. Le vignoble produit annuellement 830 000 hectolitres. Produit dans cette appellation, le vin blanc est l’un des vins les plus exportés dans le monde.

 

 

Si la vigne est représentée sur les mosaïques de la villa gallo-romaine de Séviac (près de Montréal-du-Gers), datant du Bas-Empire romain, rien ne permet de dater les débuts de la viticulture en Armagnac avant le Moyen Âge. Le décret du 13 septembre 1968 donne naissance aux vins de pays en les distinguant des vins de table et en y ajoutant obligatoirement le nom du département, d’où l’apparition du « vin de pays du Gers ». En 1973, un décret y ajoute quelques contraintes (notamment des rendements limités à 100 hl/ha). Le nom de « vin de pays du Gers » est remplacé en 1974 par celui de « vin de pays des côtes de Gascogne », autorisé à être produit sur l’ensemble du département du Gers. Le syndicat des Producteurs de Vins Côtes de Gascogne est créé le 15 mai 1979 ; le décret fournissant les conditions de production pour l’obtention de l’agrément « vins de pays des côtes de Gascogne » date du 25 janvier 1982, suivi de celui du vin de pays du comté Tolosan (s’étendant sur onze départements, dont le Gers), du vin de pays des côtes du Condomois (produit autour de la ville de Condom, dans le Nord-Ouest du Gers) et du vin de pays des côtes de Montestruc (produit autour du village de Montestruc-sur-Gers, dans le Nord du Gers)À la suite de la forte baisse des ventes d’armagnac, de nombreuses exploitations spécialisées dans la fabrication du vin léger et de faible qualité destiné à être distillé pour l’élaboration de cette eau-de-vie ont cherché à se diversifier voir à se reconvertir dans la production de vin de pays des années 1970 à 2000. Les exploitants ont alors soit utilisé leurs plants d’Ugni blanc et de folle blanche (les cépages utilisés pour l’armagnac, très productifs mais peu aromatiques), soit arraché tout ou partie de leurs vignes pour replanter avec des cépages locaux plus expressifs (colombard et tannat) ou avec des cépages plus connus internationalement : sauvignon, merlot, cabernet sauvignon et dans une moindre mesure chardonnay. Depuis le 1er août 2009, le côtes-de-gascogne a été enregistré en tant qu’indication géographique protégée (signe officiel européen d’identification de l’origine et de la qualité) de zone, en compagnie de l’IGP départementale gers et de l’IGP régionale comté-tolosan. Ces vins de pays peuvent désormais porter sur leur étiquette, juste après leur nom, la mention indication géographique protégée, qui permet de protéger et de certifier une provenance. Le cahier des charges spécifique aux côtes-de-gascogne a été homologué en octobre 2011, avec notamment une reconnaissance des vins blancs issus de raisins surmûris (à la demande du syndicat des producteurs). Aujourd’hui, près des deux tiers de la surface du vignoble armagnacais (13 000 hectares) sont consacrés à la production des vins des côtes de Gascogne, mais la production d’IGP est concurrencée par celles des vin sans indication géographique (VSIG, les anciens vins de table) encore moins contraignante (on n’impose pas aux VSIG de limite de rendement).

 

On vous conseille aussi...