Venez découvrir la richesse de nos caves, des vins de nos régions mais pas que...

Château de Cazeneuve

Cynarah

Quentin et André Leenhardt
Château de Cazeneuve
Découvrir la propriété
Appellation :
Pic-Saint-Loup
Classification :
Château de Cazeneuve
Cépages :
Syrah, Cinsault, Grenache
Type de vin :
Vin rouge
Conservation :
3 à 5 ans
Accords mets/vins :
Apéritif, charcuteries,
fromages au lait de vache,
grillades, viandes rouges (ex. bœuf),
thon grillé, côtes de porc.
Millésime(s) :
2016
Prix : Ça arrive vite
Mini
Je suis intéressé(e)
Description :

Cuvée facile, avec le caractère fougueux et épicé des Pic-Saint-Loup, mais sans la complexité du terroir. C’est l’alliance facile de trois cépages typiques du Languedoc : le Grenache pour la gourmandise, la Syrah pour la force et le côté poivré et le Cinsault pour la pointe épicée.

Conseils de dégustation :

Servir à 15-16°.

Format(s) :
75 cl
Quentin et André Leenhardt
Château de Cazeneuve
Découvrir la propriété
L'avis de notre caviste
« »
Pic-Saint-Loup
Pic-Saint-Loup
L'appellation
Pic-Saint-Loup

Ce terroir réputé, ancienne dénomination géographique du Languedoc, est devenu en 2017 une appellation à part entière réservée aux vins rouges et aux rosés. À 20 km de Montpellier, dans la partie nord-est du Languedoc, l’AOC Pic-Saint-Loup s’étend sur 15 communes de l’Hérault et 2 du Gard, toutes dominées par la pointe acérée du pic Saint-Loup, l’un des sites les plus spectaculaires du vignoble languedocien. Le vignoble du Pic Saint-Loup, implanté sur des sols à dominante calcaire, s’inscrit dans un paysage de garrigue et de pinèdes, succession de crêtes et de combes, à l’écart de grandes vallées. Le climat y est plus frais et plus arrosé que dans le reste du Languedoc. Les pluies, qui tombent au printemps et en automne, permettent aux ceps d’éviter sécheresse et stress hydrique ; elles autorisent des plantations à densité élevée, facteur de concentration.

Les principaux cépages sont : Grenache noir, Mourvèdre, Syrah.

Sa production est de 25 000 hectolitres par année.

La vigne était présente autour du pic Saint-Loup dès l’époque romaine comme dans la plupart du Languedoc. La chute de l’empire romain provoque le déclin du vignoble languedocien, jusqu’au Moyen-âge. Sous l’impulsion des monastères, le vignoble renait, y compris dans le pic saint loup comme en témoigne la toponymie : la commune de Claret née au XIème siècle tire très certainement son nom du vin blanc, connu à cette époque sous le nom de « claret »; Le nom du village de Saint-Jean-de-Cuculles évoque l’habit monastique, mais aussi celui porté par les vignerons…C’est a partir de la fin du XIXème siècle, avec la reconstitution du vignoble détruit par le phylloxéra, et l’essor de la coopération, que la région s’oriente peu à peu vers la monoculture, et que les vins du Pic Saint-Loup commencent à être consommés en dehors de leur zone de production, d’abord à Montpellier, puis dans d’autres régions via le port de Sète. Vers 1900, ils apparaissent sur les cartes de restaurateurs parisiens, ils obtiennent des récompenses lors de concours régionaux et nationaux.

On vous conseille aussi...