Côtes du Ventoux

Vins du Monde

Côtes du Ventoux
Côtes du Ventoux
L'appellation
Côtes du Ventoux

L’AOC Côtes du Ventoux, renommée AOC Ventoux en 2010 est un vignoble du Vaucluse qui s’étend sur 6 700 hectares au pied du célèbre « Mont Ventoux ». Le terroir est divisé en 3 secteurs viticoles : le Bassin de Malaucène au nord, l’amphithéâtre de Carpentras plus au centre, et le secteur sud, qui borde le vignoble du Luberon. Les sols sont globalement issus de sédiments tertiaires, de calcaire dur, d’éboulis, d’alluvions anciennes caillouteuses. Bien que divisée en 3 secteurs, le vignoble du Ventoux bénéficie de conditions climatiques assez homogènes et très favorables à l’élaboration de vins de qualité. Situé au cœur de la Provence, il tire profit de l’ensoleillement et des chaleurs typiques du climat méditerranéen, tout en étant bien abrité des vents par les massifs environnants.

Les principaux cépages de l’appellation sont les suivants : Bergeron, Cinsault, Clairette, Grenache Blanc, Grenache Noir, Mourvèdre,  Roussanne, Shiraz et Syrah.

L’AOC Ventoux produit environ 285 000 hectolitres de vin chaque année.

Les premières traces archéologiques des vins produits sur ce terroir ont été découvertes près de Carpentras et Apt. Le premier site, situé à Mazan, au lieu-dit le Jonquier, a permis de mettre au jour l’atelier d’un potier où furent fabriquées les premières amphores vinaires connues en France. Il a été daté par Dominique Carru du Ier siècle avant notre ère. Le second, sur le territoire de la commune de Saignon, est le site des Tourettes, également fouillé par Dominique Carru. Son équipe a dégagé les ruines d’une villa gallo-romaine essentiellement consacrée à la production d’huile et de vin. Elle fut détruite par une horde barbare vers l’an 275 de notre ère. Les premières traces écrites des vignobles du piémont du Ventoux datent du IXe siècle. Ce fut en 875 que Charles, roi de Provence-Viennois, donna à Jean, évêque de Carpentras, la villa Unango, aujourd’hui château Unang, sur la commune de Malemort-du-Comtat, puis le cartulaire de l’église d’Apt, nous apprend qu’en 890, dame Alexandrie, vendit son vignoble de Claviers entre Apt et Rustrel. L’identité des premiers vignerons du Ventoux nous est connue par un acte déposé aux archives secrètes du Vatican faisant mention de l’entrée à Carpentras, en 1376, de Guillaume III Roger de Beaufort, le nouveau recteur du Comtat Venaissin. Pour les agapes qui suivirent, Jean Guibanne fournit environ 460 litres de vin rouge, et son confrère Jean Guisinelle, 385 litres de vin blanc. Les États du Comtat Venaissin font dresser en 1414 leur premier cadastre. Les communes qui ont le plus de pieds de vigne sont Carpentras, Aubignan, Bédoin, La Roque-sur-Pernes, Villes-sur-Auzon et le Beaucet.

Le marquis de Rochegude, propriétaire d’un vignoble à Bédoin, procède à la première mise en bouteille en 1779. Ce vin vieux de huit ans est destiné à la Marine royale de Toulon et à MM. les parlementaires de Grenoble et d’Aix-en-Provence. André Jullien publie en 1832 son célèbre ouvrage Topographie de tous les vignobles connus. À la rubrique sur les vins de liqueur, il classe juste derrière le « vin de paille »de l’Hermitage, le muscat de Beaumes-de-Venise et le grenache de Mazan. Celui-ci va devenir un « vin de cour » sous le règne de Louis-Philippe. La fin du XIXe siècle voit le vignoble touché par le phylloxéra. En 1900, pour la première fois apparaît l’appellation côtes-du-ventoux. Ce baptême a lieu pour un repas de noce. Sur le menu est calligraphié « vins des Côtes du Ventoux et des Crans ». Ces vins sont tous millésimés et datés de 1870, 1890 et 1895, soit des vins vieux de 5 à 30 ans. C’est à partir de 1939, que les vignerons constituent un syndicat des vins du Ventoux. Grâce à leur action, leurs vins sont classés en appellation d’origine vin délimité de qualité supérieure (VDQS) dès 1953 puis accèdent enfin à l’AOC le 27 juillet 1973. Un nouveau décret du 3 novembre 1994 relatif à l’appellation d’origine contrôlée côtes-du-ventoux est paru au Journal officiel no 257 du 5 novembre 1994.

 

 

Les produits phare de l'appellation

Les exploitants de l'appellation