Venez découvrir la richesse de nos caves, des vins de nos régions mais pas que...
  »  Ça vient d'iciCorton-CharlemagneLes appellationsNos Amis BourguignonsType d'alcoolVin blanc   »   Corton Charlemagne Grand Cru « Quintessence »

< Revenir à la page précédenteRevenir à la page précédente

Domaine Vincent Girardin

Corton Charlemagne Grand Cru "Quintessence"

Vincent Girardin
Domaine Vincent Girardin
Découvrir la propriété
Appellation :
Corton-Charlemagne
Classification :
Vincent Girardin
Cépages :
Chardonnay
Type de vin :
Vin blanc
Conservation :
8 à 20 ans
Accords mets/vins :
Grands crustacés, poulet de Bresse,
foie gras truffé, saumon à l'oseille.
Millésime(s) :
2014
Prix : Ça arrive vite
Mini
Je suis intéressé(e)
Description :

Vin très minéral et puissant. La situation de la parcelle en altitude et sa composition (calcaire dure) donnent à ce vin une minéralité et une fraîcheur sans pareille, d’où son nom de Quintessence.

Conseils de dégustation :

Températures de service : 8° et 14°C

Format(s) :
75 cl
Vincent Girardin
Domaine Vincent Girardin
Découvrir la propriété
L'avis de notre caviste
« Riche, élégant, et d’une superbe longueur, un élixir à déguster ! »
Corton-Charlemagne
Corton-Charlemagne
L'appellation
Corton-Charlemagne

L’AOC Corton-Charlemagne se partage avec l’AOC Corton le coteau des Grands crus de la montagne Corton. Le vignoble s’étend aux environs de Ladoix et de Pernand jusqu’au versant sud de ce coteau, sur 52 hectares. Les meilleurs vins de cette aire sont produits sur le lieu-dit Le Charlemagne, sur des sous-sols du Jurassique supérieur et dans une orientation plein sud. Les autres climats ont des expositions nord ou ouest qui ne favorisent pas la maturation des raisins lors des années peu ensoleillées.

Le principal cépage de l’appellation est le Chardonnay.

Cette appellation ne concerne que des blancs qu’elle produit à hauteur de 2.244 hectolitres par année, soit presque 300.000 bouteilles.

L’édit de l’empereur romain Domitien, en 92, interdisait la plantation de nouvelles vignes hors d’Italie ; il fit arracher partiellement les vignes en Bourgogne afin d’éviter la concurrence. Le vignoble résultant suffisait aux besoins locaux. Mais Probus annula cet édit en 280. En 312, un disciple d’Eumène rédigea la première description du vignoble de la Côte d’Or.

Dès le début du VIIe siècle, l’implantation du christianisme avait favorisé l’extension de la vigne par la création d’importants domaines rattachés aux abbayes. Ainsi l’abbaye de Cîteaux(créée en 1098) avec des plantations en Côte-d’Or. Cette vigne fut offerte par l’empereur Charlemagne en 775 à la collégiale Saint Andoche de Saulieu. Enfin en 1416, Charles VI fixa par un édit les limites de production du vin de Bourgogne. À la mort de Charles le Téméraire, le vignoble de Bourgogne fut rattaché à la France, sous le règne de Louis XI.

Aussi, en 1700, l’intendant Ferrand rédigea-t-il un « Mémoire pour l’instruction du duc de Bourgogne » lui indiquant que dans cette province les vins les meilleurs provenaient des « vignobles [qui] approchent de Nuits et de Beaune ».

Dans les décennies 18301840, la pyrale survint et attaqua les feuilles de la vigne. Elle fut suivie d’une maladie cryptogamique, l’oïdium. Le millésime 1865 a donné des vins aux teneurs naturelles en sucres très élevées et des vendanges assez précoces. À la fin de ce siècle arriva deux nouveaux fléaux de la vigne. Le premier fut le mildiou, autre maladie cryptogamique, le second le phylloxéra. Cet insecte térébrant venu d’Amérique mit très fortement à mal le vignoble. Après de longues recherches, on finit par découvrir que seul le greffage permettrait à la vigne de pousser en présence du phylloxéra.

Le mildiou provoqua un désastre considérable en 1910. Henri Gouges avait rejoint au niveau national le combat mené par le sénateur Joseph Capus et le baron Pierre Le Roy de Boiseaumarié qui allait aboutir à la création des appellations d’origine contrôlée. Il devint le bras droit du baron à l’INAO. Ainsi cette AOC fut créée en 1937. Apparition de l’enjambeur dans les années 1960-70, qui remplacent le cheval. Les techniques en viticulture et œnologie ont bien évolué depuis 50 ans (vendange en vert, table de triage, cuve en inox, pressoir électrique puis pneumatique…).

Avec la canicule de 2003, les vendanges ont débuté pour certains domaines cette année-là à la mi-août, soit avec un mois d’avance, des vendanges très précoces qui ne s’étaient pas vues depuis 1422 et 1865 d’après les archives.

 

On vous conseille aussi...

  • Domaine Vincent Girardin

    Puligny Montrachet 1er Cru "Les Referts"

    Domaine Vincent Girardin Je découvre
  • Domaine Vincent Girardin

    Bienvenues-Bâtard Montrachet Grand Cru

    Domaine Vincent Girardin Je découvre